Le petit calmelot du Bon Marché
Par

Il y déjà bien longtemps que mon petit camelot ne hante plus le devant des anciens magasins du Bon Marché. Nous étions habitués à le voir, été comme hiver, quel que soit le temps. Pas de table, pas de tapis sur le sol, tout son fonds de commerce se trouvait dans une valise en bois qu'il portait devant lui, placée à l'horizontale, à hauteur de l'estomac, maintenue par une large lanière passée autour du cou.

Sur cette petite surface, bien plane, il faisait rouler de petites motos  fonctionnant au moyen d'un ressort remonté à la main ; les petits moteurs à piles n'existaient pas encore. Ces petites motos allaient de gauche à droite. Dès qu'elles arrivaient sur un bord de la valise, on pensait qu'elles allaient tomber, mais brusquement  sentant le vide, elles effectuaient une pirouette et changeaient de direction.

Parfois, au lieu des petites motos, il présentait de petits oiseaux raccordés à une baguette au moyen d'un fil. D'un mouvement tournoyant, il les faisait virevolter devant nos yeux ébahis dans un gazouillement aussi vrai que nature.

En été, il manipulait des yoyo avec une dextérité incroyable, les faisant monter, descendre, et même les lancer à l'horizontale, ce qui provoquait un mouvement de recul chez les enfants surpris.

À un autre moment, d'un geste ample, il faisait jaillir des bulles multicolores d'un bout de fer, terminé par un anneau, qu'il trempait dans un petit pot contenant une substance magique.

Mais, le fin du fin des ses présentations, c'était l'alignement de minuscules personnages en terre cuite, genre petits santons, auxquels il plaçait, dans un trou, formant une bouche, une sorte de cigarette qu'il allumait. Et, stupéfaction, les personnages fumaient, répandant dans l'entourage des senteurs orientales.

Bien entendu, toutes ces démonstrations s'accompagnaient de boniments bien envoyés. Il lui arrivait, souvent, de mettre l'objet ou le jouet dans les mains des enfants. Dès ce moment, c'était gagné, les parents pouvaient passer à la caisse.

Ah ! Qu'il était sympa mon petit camelot du Bon Marché.

Jean de la Marck

Paru en brochure

Ce récit a été publié au sein de la brochure Sainte-Walburge et environs au XXe siècle - Souvenirs d'habitants en page 78.
Couverture de la brochure Sainte-Walburge et environs au XXe siècle - Souvenirs d'habitants